AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
OUVERTURE DU FORUM
donnez nous votre avis ici
TOP SITE
un vote ici toutes les deux heures nous aidera énormément
REMONTER NOS SUJETS
afin de se faire un peu plus connaître, aidez nous en remontant les sujets de pub sur bazzart et PRD
FÊTE DE BIENVENUE
n'hésitez pas à nous rejoindre dans le sujet de fête de bienvenue qui se trouve ici

Partagez | 
 

 how to save a life + achille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

MESSAGE : 13
PSEUDO INTERNET : Penny


MessageSujet: how to save a life + achille   Sam 23 Juil - 1:10


Je me suis réveillée avec l’impression d’avoir dormi plusieurs années, je me sens un peu lourde, un peu fatiguée. Fatiguée d’être fatiguée. Mes yeux ne voient que du noir et je suis serrée. Je sais ce qui m’arrive, mais bordel, j’ai la trouille. Je tire sur la fermeture éclair en tremblant. J’ai peur de suffoquer même si c’est ridicule. Une fois tirée, je me mets à respirer puis je pousse le tout. J’ai l’impression d’être dans un tiroir et effectivement, j’arrive à me faire rouler pour en sortir. Je remercie mentalement ma mère de m’avoir inscrite à des cours de gymnastique pour améliorer ma souplesse. Je bouge un peu après être sortie de ce chaos et je regarde autour de moi. Il me regarde la bouche ouverte et j’ai aucune idée de qui il est... Mais décidément, il n’est pas mon amie et semble avoir vu un mort revenir à la vie ou plutôt une morte revenir à la vie. J’tremble un peu. « Je suis désolée, je voulais pas vous embêter, mais... Je suis vivante alors je pensais que sortir serait une bonne chose? » Je vois que je le perturbe plus qu’un peu. « N’appelez personne, s’il-vous-plaît. » le suppliais-je alors rapidement avec un regard implorant. « J’ai besoin d’aide pour sortir d’ici sans être vue. » lui confiais-je alors qu’on m’avait laissé une robe blanche, je devais littéralement avoir l’air d’un ange. « Et pendant qu’on en parle, j’aurais peut-être besoin d’un voyagement? » Je lui faisais un sourire un peu crispé et je rougissais à vue d’œil. J’espérais qu’il garde mon secret, ce secret qu’il ignorait encore jusqu’ici. Ce secret qui allait me sauver la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MESSAGE : 24
PSEUDO INTERNET : Crystal.
EN SAVOIR PLUS :
WELCOME TO MY LIFE
j'ai la nationalité de mes deux pays de coeur, anglais et mauricien ◊ je suis le cadet d'une famille riche irlndaise de quatre enfants ◊ j'ai fais mes études de médecine à Oxford, je fais parti d'une élite médicale internationale ◊ j'ai fini major de ma promotion ◊ je me suis mariée durant mon internat avec une de mes patientes ◊ coup de foudre assuré ◊ après quatre ans de mariage, elle a demandé le divorce suite à un accident d'exposition au sang avec un patient porteur du VIH ◊ j'ai suivi une trithérapie préventive durant un an qui m'a rendu très malade ◊ je ne suis pas porteur du virus ◊ ma femme est parti parce qu'elle a eu peur d'être contaminée ◊ je la maudis encore aujourd'hui ◊ je suis fort, sérieux, digne de confiance, consciencieux, intelligent et ambitieux ◊ je suis parfois irritable, impatient, parfois froid de l'extérieur ◊ je prends ma sensibilité comme une faiblesse que je combat chaque jour ◊ je déteste les compliments ◊ je suis secret, je dois vraiment être en confiance pour me livrer ◊ je suis un homme viril qui se comporte comme tel ◊ je considère la femme comme une pierre préciseuse que l'on conserve avec soin qu'une rose que l'on respire pour la jeter ensuite ◊ quand je ne suis pas à l'hopital, je me défoule dans des sports en tout genre, comme le surf par exemple ◊ je m'évade également dans les livres ◊ quand j'ai l'occasion, je voyage ◊ le dépaysement que ça me procurre me vide l'esprit ◊ je porte toujours l'alliance de mon ex-femme sur une chaîne autour de mon cou, j'attends la vraie femme qui me la fera décrocher ◊


MessageSujet: Re: how to save a life + achille   Sam 23 Juil - 14:44


Constance & Achille


how to save a life

Je revois encore les traits de son visage angélique, endormis, figés dans le temps. Ils me hantent depuis ce matin, à son arrivée dans mon service de réanimation. Ses longs cheveux blonds encadraient son visage pâle. Cette inconnue du nom d'Emmy était arrivée dans mon service après un arrêt cardio-respiratoire dans le service d'une autre de mes consoeurs de l'hôpital. C'était trop tard à son arrivée. Je n'ai rien pu faire. Je me sentait mal depuis ce matin. En colère, énervé car je me sentais impuissant à pouvoir la sauver. Une jeune femme aussi belle, jeune, qui semblait pleine de vie. Rien n'avait pu passer à midi, je n'ai rien avaler. A mon retour de pause déjeuner, les brancardiers avaient déjà emmener le corps en bas. Je n'avais pas eu le temps d'ouvrir le sac mortuaire pour revoir une dernière fois ce visage. Je n'arrivai pas à comprendre pourquoi rester proche de ce corps innanimé était presque important à mes yeux. C'était un sentiment irrationnel que je voulais chasser de ma conscience. J'ai tellement réussi à le chasser que j'ai terminé à la morgue en fin d'après-midi. Sauf que ce que j'y vu me glaça le sang. Elle était là, debout, toujours dans son tenue blanche d'hopital. Non. Non, c'était tout bonnement impossible. J'ai constaté le décès. Il n'y avait pas de pouls, pas de battements au scope, pas de mouvements respiratoire. Rien. J'ai écouté tout, cherchant le moindre signe d'activité cardio-resiratoire. Il n'y avait rien. Avait-il une possibilité que je me sois assoupi devant mon ordinateur quelques minutes et que j'étais en train de rêver ? Tout cela était bien trop réel pour envisager cette hypothèse. Hypothèse qui tombe à l'eau quand elle ouvrit la bouche pour me parler.« Je suis désolée, je voulais pas vous embêter, mais... Je suis vivante alors je pensais que sortir serait une bonne chose? » Pardon ? Mes yeux s'arrondissent comme des billes. C'est tellement irréel tout ça. J'observe cliniquement qu'elle est prise de tremblements. Elle doit être hypotherme, je dois l'aider pourtant mon cerveau est incapable de commander la moindre action, le moindre mouvement. « N’appelez personne, s’il-vous-plaît. » Ses yeux d'un bleu éclatant m'implorent. Elle est encore plus belle éveillée. D'une beauté à couper le souffle. « J’ai besoin d’aide pour sortir d’ici sans être vue. Et pendant qu’on en parle, j’aurais peut-être besoin d’un voyagement? » Ce sont ces paroles qui me ramène dans la réalité. Ce n'est pas une blague. Toujours l'air hébété, je pointe mon pousse vers la sortie avant de retrouver l'usage de la parole. « Savez-vous que je suis le médecin qui a constaté votre décès ? »dis-je, perdu. Je m'avance vers elle et pose deux doigts sur sa carotide. Un pouls. Doux jésus, comment est-ce possible ? Ma main retombe dubitative sur ma blouse. Il ne faut pas que l'on reste ici, quelqu'un peut arriver à tout moment. « On ne peut pas rester ici, venez. » J'attrappe sa main et l'entraîne avec moi. Il nous faut une pièce clause, la plus proche d'ici et que personne ne peut nous voir. Je dévalle les couloirs à toute vitesse, poussant les portes une à une. Soudain, je l'entraîne avec moi dans un local de stockage où de grandes étagères présentent des produits d'entretiens. Je plaque alors la jeune femme sur la porte dans le but de garder cette dernière clause. Mon attention se repose sur la jeune femme. Cette proximité soudaine réveille quelque chose en moi, je n'arrive pas à mettre le doigt dessus encore. « Comment pouvez-vous être vivante ? » soufflai-je en passant mes mains dans ses longs cheveux blonds, comme pour me raccrocher à l'idée que ce n'est pas possible, que je l'ai vu morte. Mon attitude pourra lui paraître intrusive mais rien n'importait, j'étais presque fou de joie de la voir en vie. Ma mystérieuse Emmy.

by miss horan



each day

can destroy my whole life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MESSAGE : 13
PSEUDO INTERNET : Penny


MessageSujet: Re: how to save a life + achille   Sam 23 Juil - 22:26


Je n’avais conscience de rien, ni des visites, ni des pleurs, ni quoi que ce soit d’autres d’ailleurs. Alors que j’ouvrais la bouche pour parler, j’assistais au spectacle de la surprise de l’homme dont la mâchoire tombait presque. « Savez-vous que je suis le médecin qui a constaté votre décès? » J’échappe un sourire en me disant que le plan a réellement bien fonctionné et que mon amie est une reine! Vive les sédatifs. « J’en suis désolée. » avouais-je simplement, toujours en conservant mon sourire. Il ne tardait pas à prendre mon pouls et plus je parlais, plus il semblait décontenancé. De mon côté, je ne tardais pas à frissonner dû au froid, cette robe d’hôpital ne m’aidait pas. Il ne tarde pas à me dire qu’on doit partir. Fuir de nouveau. Il attrapait vivement ma main et je fuyais le monde avec lui. Je me réchauffais peu à peu à la course dans les escaliers. J’entrais derrière lui dans le local de stockage où je suis maintenant adossée à la porte, le souffle court. « Comment pouvez-vous être vivante? » Ignorant toujours si cet homme en était un digne de confiance, je lui répondais simplement ceci : «  Un magicien ne dévoile jamais ses trucs. » Il caressait mes cheveux alors que je ne bougeais pas d’un pouce. Autant que la situation était inquiétante, que je sentais un soulagement d’être sortie des griffes de ma famille ainsi que de l’homme violent. « Ne dites pas à qui que ce soit que je suis vivante. Je vous en serai éternellement reconnaissante. » Il pouvait faire ce qu’il voulait de moi, après tout la situation ne pouvait pas être pire. Néanmoins, je me montrais craintive et gênée en baissant mon regard vers le sol où mes pieds étaient dans des pantoufles vertes. Je resserrais mes bras autour de mon corps alors que le froid me rattrapait. « Vous garderez le silence et vous m’aiderez? » lui demandais-je, toujours avec ce même regard un peu triste, mais secoué. Qu’attendrait-il de moi? Je me mordillais la lèvre inférieure nerveusement. « Et à titre indicatif, on fait quoi dans ce placard? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MESSAGE : 24
PSEUDO INTERNET : Crystal.
EN SAVOIR PLUS :
WELCOME TO MY LIFE
j'ai la nationalité de mes deux pays de coeur, anglais et mauricien ◊ je suis le cadet d'une famille riche irlndaise de quatre enfants ◊ j'ai fais mes études de médecine à Oxford, je fais parti d'une élite médicale internationale ◊ j'ai fini major de ma promotion ◊ je me suis mariée durant mon internat avec une de mes patientes ◊ coup de foudre assuré ◊ après quatre ans de mariage, elle a demandé le divorce suite à un accident d'exposition au sang avec un patient porteur du VIH ◊ j'ai suivi une trithérapie préventive durant un an qui m'a rendu très malade ◊ je ne suis pas porteur du virus ◊ ma femme est parti parce qu'elle a eu peur d'être contaminée ◊ je la maudis encore aujourd'hui ◊ je suis fort, sérieux, digne de confiance, consciencieux, intelligent et ambitieux ◊ je suis parfois irritable, impatient, parfois froid de l'extérieur ◊ je prends ma sensibilité comme une faiblesse que je combat chaque jour ◊ je déteste les compliments ◊ je suis secret, je dois vraiment être en confiance pour me livrer ◊ je suis un homme viril qui se comporte comme tel ◊ je considère la femme comme une pierre préciseuse que l'on conserve avec soin qu'une rose que l'on respire pour la jeter ensuite ◊ quand je ne suis pas à l'hopital, je me défoule dans des sports en tout genre, comme le surf par exemple ◊ je m'évade également dans les livres ◊ quand j'ai l'occasion, je voyage ◊ le dépaysement que ça me procurre me vide l'esprit ◊ je porte toujours l'alliance de mon ex-femme sur une chaîne autour de mon cou, j'attends la vraie femme qui me la fera décrocher ◊


MessageSujet: Re: how to save a life + achille   Dim 24 Juil - 22:59


Constance & Achille


how to save a life

Pour quel médecin vais-je passer ? Elle est là, devant moi, belle et bien en vie. En plus, elle a le culot de me dire qu'elle est désolée que ce soit moi qui ai constaté son décès. Je fronce les sourcils à cette réponse, elle est peut-être superbe, sublime et pouvoir être qualifier par tous les superlatifs de beauté mais cela ne lui permets pas tout. Pourtant, je sors de ma torpeur en pensant qu'il faut que l'on trouve un endroit sûr pour discuter. Nous entamons une course endiablée dans les couloirs de l'hôpital. Le hasard veut l'on se trouve dans un local de produits d'entretiens. Elle est là, plaquée contre la porte, le souffle court. Je suis chamboulé. Clairement. Mes doigts coulent sur le long de sa cheveulure blonde. « Un magicien ne dévoile jamais ses trucs. » Je vois rouge immédiatement, il en est hors de question. On rigole pas avec ça. Je tape du poing dans la porte avant de m'éloigner d'elle. « Alors là, si vous croyez que vous allez vous en tirez avec des courbettes, c'est non ! Je veux tout savoir et dans les moindres détails, c'est bien clair ? » Cette fois, je suis clairement en rogne. Moi, toujours calme et innofensif. Là, elle m'avait clairement exposer et ne pouvait pas me laisser sans réponse. « Ne dites pas à qui que ce soit que je suis vivante. Je vous en serai éternellement reconnaissante. Vous garderez le silence et vous m’aiderez? » dit-elle avant d'être reprise de tremblements. Je respire profondément pour calmer l'émoi que m'a envahi en un éclair puis j'enlève ma blouse de médecin avant la poser sur ses épaules. Je me retrouve en jean et polo devant elle. Je me sens gêné tout d'un coup. « Et à titre indicatif, on fait quoi dans ce placard? » J'hausse un sourcil. Cela ne paraît pas évident quand même ? Je me demande si la substance ne lui a pas griller quelques neurones au passage... « On ne bougera pas d'ici et aucune décision ne sera prise tant que je ne connaîtrais pas le pourquoi du comment on s'est retrouvé ici, tous les deux. » Je fixe mes régles et on avise après. Je caresse ses bras au-dessus du tissu de ma blouse. Elle a tout de même besoin de réconfort, ce jeune femme. A ce stade, mes sentiments pour elle sont ambivalents, cachant un double sens. Mon regard traverse le sien et plus rien n'existe.

by miss horan



each day

can destroy my whole life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MESSAGE : 13
PSEUDO INTERNET : Penny


MessageSujet: Re: how to save a life + achille   Jeu 28 Juil - 1:27


Son poing sur la table m’avait fait sursauté et me faisait trembler. Ça me rappelait lorsqu’il était violent et je me resserrais contre moi-même en ne fixant que le plancher. Je ne disais plus un mot. Je me mordillais la lèvre en regrettant tout ce qui venait de se passer. Il voulait tout savoir et je secouais la tête négativement. « Je suis désolée, mais vous ne saurez rien. » Mon regard remontait pour affronter le sien. S’il pouvait être en colère, je pouvais l’être aussi. Je déglutis difficilement. J’avais juste envie de partir et de me mettre à pleurer. Il glissait sa blouse de médecin autour de moi. Il n’était plus fâché? « Vous savez que ça pourrait mettre un bon nombre de personnes dans de beaux draps, moi inclusivement. Et vous, maintenant que vous me voyez. Le moins vous en savez, le mieux votre sécurité se porte. » Je me mordillais la lèvre et je secouais la tête. Pour maintenant, c’était non. Surtout dans cet hôpital où on pourrait se faire observer. Alors qu’il me regarde droit dans les yeux, je me sens parcourue d’un frisson et d’une décharge électrique me créant la chair de poule. Je retourne mon regard vers mes chaussures. « La vie que j’avais ne valait pas la peine d’être vécue. » déclarais-je doucement en me doutant bien qu’on ne ferait rien, ni lui, ni moi jusqu’à ce que je lui explique certaines choses. Je croise les bras contre mon corps en tentant de me réchauffer avec sa blouse de médecin. « J’ai trouvé un plan, faire décéder la personne que j’étais. » Mes yeux croisent les siens alors qu’ils s’embuent de larmes. « Je ne pouvais pas continuer dans la situation que j’étais. » Les larmes qui perlaient mes yeux coulaient lentement sur mes joues. Je les retirais avec le revers de ma main qui s’humidifiait. « Avec l’aide de certaines personnes, j’ai pu créer cette nouvelle alternative de ma vie. Je n’ai pas envie de mourir. » lui dis-je toujours les yeux humides. «  J’ai besoin de vivre une vie dont je serai maître. Pas de suivre la voix qu’on m’impose. »  Oui, je parlais de mon père, mais aussi de ma mère. Ce nouvel amant, cette nouvelle chose... Ce côté violent qu’il avait et qui me faisait tressaillir chaque jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MESSAGE : 24
PSEUDO INTERNET : Crystal.
EN SAVOIR PLUS :
WELCOME TO MY LIFE
j'ai la nationalité de mes deux pays de coeur, anglais et mauricien ◊ je suis le cadet d'une famille riche irlndaise de quatre enfants ◊ j'ai fais mes études de médecine à Oxford, je fais parti d'une élite médicale internationale ◊ j'ai fini major de ma promotion ◊ je me suis mariée durant mon internat avec une de mes patientes ◊ coup de foudre assuré ◊ après quatre ans de mariage, elle a demandé le divorce suite à un accident d'exposition au sang avec un patient porteur du VIH ◊ j'ai suivi une trithérapie préventive durant un an qui m'a rendu très malade ◊ je ne suis pas porteur du virus ◊ ma femme est parti parce qu'elle a eu peur d'être contaminée ◊ je la maudis encore aujourd'hui ◊ je suis fort, sérieux, digne de confiance, consciencieux, intelligent et ambitieux ◊ je suis parfois irritable, impatient, parfois froid de l'extérieur ◊ je prends ma sensibilité comme une faiblesse que je combat chaque jour ◊ je déteste les compliments ◊ je suis secret, je dois vraiment être en confiance pour me livrer ◊ je suis un homme viril qui se comporte comme tel ◊ je considère la femme comme une pierre préciseuse que l'on conserve avec soin qu'une rose que l'on respire pour la jeter ensuite ◊ quand je ne suis pas à l'hopital, je me défoule dans des sports en tout genre, comme le surf par exemple ◊ je m'évade également dans les livres ◊ quand j'ai l'occasion, je voyage ◊ le dépaysement que ça me procurre me vide l'esprit ◊ je porte toujours l'alliance de mon ex-femme sur une chaîne autour de mon cou, j'attends la vraie femme qui me la fera décrocher ◊


MessageSujet: Re: how to save a life + achille   Lun 8 Aoû - 22:15


Constance & Achille


how to save a life

Résumons la scène... Je suis avec une femme absolument renversante qui vient de se lever d'un tiroir de la morgue. Nous sommes hors du temps dans ce placard de stockage, j'ai peu à peu pris conscience que ce n'était pas une blague. J'avais même perdu les pédales un instant, frustré qu'elle ne puisse pas me dire le pourquoi du comment. Pourtant elle me la devait. La vérité. Je prends des risques, je joue même ma réputation, ma carrière en jeu pour... une femme. Mais tout le monde sait que j'ai un problème avec la gente féminine... Tandis que je pose ma blouse sur ses frêles épaules, je l'écoute attentivement. « Vous savez que ça pourrait mettre un bon nombre de personnes dans de beaux draps, moi inclusivement. Et vous, maintenant que vous me voyez. Le moins vous en savez, le mieux votre sécurité se porte. » J'arque un sourcil, presque choqué. Sérieusement ? Comment peut-elle dire ça ? De quel droit ?  « Alors là, je vous interdit de dire ça, comment pouvez-vous être aussi égoïste ? Je vous rappelle que je mets ma carrière, ma réputation pour, excusez-moi du terme, une banale inconnue ! » Brutal, quand même mais là, elle me pousse dans mes retranchements. Nos regards se croisent avant qu'elle ne rompe le contact visuel. Puis là, elle me livre tout. C'est le trop plein. Son discours est édifiant. J'en ai vu des choses mais là... Cela dépasse tout ce que l'on peut imaginer. Des larmes roulent sur ses joues rosies tandis qu'elle continue son histoire. « J’ai besoin de vivre une vie dont je serai maître. Pas de suivre la voix qu’on m’impose. » dit-elle, comme perdue mais pleine d'espoir de pouvoir être actrice de sa propre vie. Soudain, je pose ma main sur joues, déposant délicatement mon pouce sur une larme salée détalant sur son visage. Je suis hypnotisé par cette créature d'un beauté et d'un courage à couper le souffle. Qui pourrait orchestrer un plan aussi fou pour pouvoir enfin être libre ? « Ne pleurez pas, vous avez fait un choix que personne n'aurait oser faire pour être en vie. » dis-je dans un souffle tandis que je m'approche dangereusement de la jeune femme. Elle allait forcément comprendre ce que je venais de dire, je la comprenais, j'ai de l'empathie pour elle. Mais je ressens aussi pour elle un attraction, une attirance terriblement incontrôlable. Je suis maintenant à quelques millimètres de son visage angélique , je suis lent comme pour attendre son approbation... Je voudrais tellement embrassé ses lèvres pulpeuses, bon sang.

by miss horan



each day

can destroy my whole life
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: how to save a life + achille   

Revenir en haut Aller en bas
 
how to save a life + achille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Savy + Let me be the one to lift your heart up and save your life I don't think you even realize baby you'd be saving mine
» HOW TO SAVE A LIFE | Callum & Arya
» ÉCLOSION DE FLEURS..LIFE OF FLOWERS SUBLÎME
» Convention Swiss Life
» What a Beautiful Life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Apollo Bramwell Hospital-
Sauter vers: